Poker Plus, Apprendre le Poker, améliorer son jeu !

Interview Chris Moneymaker

Rédigé par PokerPlus
Chris Moneymaker

Cette entrevue est parue dans le numéro du 22 juin 2003 de Card Player Magazine; juste après la fameuse victoire de Chris Moneymaker au Main Event des World Series of Poker 2003. Nous vous proposons  la traductionde l'interview réalisée à l'époque par Card Player Magazine. Card Player Magazine: Waouh Chris, tu es champion du monde et ça se voit : j'ai dû passer par ton agent pour te rencontrer. C'est à ce point là ?

Chris Moneymaker: Il faut dire que j'attire beaucoup l'attention, à cause de mes 40 malheureux dollars d'investissement mais aussi à cause de mon nom. J'ai reçu des centaines coups de téléphone de la presse quand je suis rentré dans le Tennessee deux jours après la fin du championnat. Même mon père et mes potes ont été assaillis par les médias. On m'a conseillé de prendre un agent et j'ai dû changer de numéro de téléphone. Je m'attendais à être sollicité, mais pas à ce point là !

Card Player Magazine: Il faut reconnaître que tu as un nom de famille vraiment cool. Le quatrième jour du tournoi, je me souviens t'avoir dit "j'espère que c'est toi qui va gagner !", à cause de ton nom. J'ai fait des blagues du style "Moneymaker gagne 2,5 millions de dollars". Alors Chris, tout le monde veut savoir si c'est ton vrai nom ?

Chris Moneymaker: (rires) Je sais que c'est dur à croire. Autant que je sache (et j'ai fait des recherches là-dessus), mes ancêtres viennent d'Allemagne. A l'époque, les gens recevaient tel ou tel nom en fonction de leur profession. Ma famille fabriquait probablement des pièces de monnaie en argent et en or. Il est probable qu'en arrivant en Amérique, ils ont adapté leur nom et voilà d'où vient "Moneymaker".

Card Player Magazine: Chris, comment gagnes-tu ta vie ?

Chris Moneymaker: J'ai deux boulots. Je suis 'Chief Financial Officer' dans un groupe hôtelier local, et je suis aussi comptable.

Card Player Magazine: Un comptable qui s'appelle "Moneymaker" ! J'ai du mal à le croire. Vas-tu conserver tes boulots ?

Chris Moneymaker: Beaucoup de gens m'ont posé la question. Mais je ne vais pas lâcher mes boulots et gaspiller tout mon fric. Ca ne m'a jamais traversé l'esprit, au contraire je compte dépenser cet argent sans me presser. Ca a été assez chaud à Vegas, et il faut maintenant que je retrouve un peu de paix et de tranquillité car mon épouse et moi avons un enfant de trois mois. Je participerai à nouveau aux championnats du monde l'an prochain, ainsi qu'à deux autres tournois.

Card Player Magazine: Est-ce que le poker en ligne t'a bien préparé à participer à un tournoi "réel" ?

Chris Moneymaker: Oui car c'est pratique, mais assez différent à la fois. Sur Internet il faut faire attention à combien de personnes misent, et à quel rythme. Vous ne lisez pas le jeu des autres comme dans un casino, mais il y a d'autres trucs, comme repérer ceux qui utilisent le bouton pour se coucher automatiquement.
(...)

Card Player Magazine: Quelle a été ta stratégie à la table finale ?

Chris Moneymaker: je n'avais vraiment rien à perdre. C'est moi qui avait la plus grosse cave, et je devais finir au moins cinquième pour finir de payer les traites de ma maison. J'essayais de progresser dans la partie sans perdre mon leadership, quand tout à coup je me suis retrouvé "heads up" (en tête-à-tête) avec Sammy. J'avais joué beaucoup de tête-à-tête sur Internet, donc je savais quelles mains sont gagnantes à ce type de jeu. J'ai eu la chance de flopper deux paires alors que Sammy n'avait que la paire max sur la dernière main. Je suis encore sous le choc !

Card Player Magazine: Y a-t-il eu un moment du tournoi où tu t'es dit que tu avais une chance de gagner ?

Chris Moneymaker: (rires) J'ai pensé que j'avais une chance après que nous soyons tous les deux all-in à la dernière main et que je me suis retrouvé avec deux paires contre une seule paire pour Sammy ! Plus sérieusement, oui il y a eu un moment où je me suis dit que j'étais capable de jouer contre ces mecs-là. Le deuxième jour, Phil Ivey et Johnny Chan prenaient des tours en m'en mettant plein la vue. Je me suis dit : est-il possible que ces types aient tout le temps des as ou des suites servies sur le flop ? Ils avaient réussi à tellement m'affoler qu'il a fallu que je décide le troisième jour de changer de façon de jouer. Ma cave était passée de 180000$ à 100000$. Donc le troisième jour j'ai mis Johnny Chan K.O quand j'ai floppé la paire max avec tirage de couleur max. A cet instant, je me suis dit que j'étais suffisamment bon pour être à la même table que ces gars-là.

Card Player Magazine: Chris, j'ai vu que tu as réussi un bluff sur un pot énorme le quatrième jour, avec presque tous tes jetons sur la table. Puis tu as montré tes cartes. Est-ce que tu montres toujours tes bluffs ?

Chris Moneymaker: J'ai beaucoup bluffé et je ne me suis jamais fait prendre, sauf quand j'ai essayé de bluffer Sammy avec des as. Je montrais mes bluffs; c'est après avoir bluffé Scotty Nguyen que j'ai décidé de ne plus le faire. J'ai eu peur que les autres joueurs en tirent des informations sur mon style de jeu. Je n'étais pas sûr de ne pas avoir un tic énorme qui m'aurait dénoncé, du coup j'ai arrêté de montrer mes bluffs.

Card Player Magazine: quel conseil à ton avis pourrait aider les débutants ?

Chris Moneymaker: Trouver un style qui vous convienne. Le bidouiller à votre goût pour vraiment y être à l'aise. Ça ne sert à rien de bluffer beaucoup si vous ne ressentez pas un certain confort à le faire. Soyez sûr d'avoir une stratégie de jeu flexible.

Card Player Magazine: Quels joueurs vous ont le plus impressionné ?

Chris Moneymaker: Sammy était impressionnant et a joué beaucoup de mains. C'était dur de lire dans son jeu. Pareil pour Olaf (de Suède), qui s'est qualifié de la même façon que moi, joue un grand poker, et force toujours les autres à la décision. Sinon, j'ai vraiment pensé que Phil Ivey allait gagner. Il joue très bien et il est super agressif.

Card Player Magazine: Qui étaient les joueurs les plus divertissants ?

Chris Moneymaker: Marcel Luske d'Amsterdam qui s'est levé et s'est mis à chanter quand il a été all-in. Scotty Nguyen, lorsqu'il a fait un énorme coup de bluff avant le flop en sur-relançant avec 8-3 et en montrant son jeu aux caméras.

Card Player Magazine: Le Poker n'est plus très loin d'être un sport sponsorisé. Y a-t-il des produits que tu as utilisé durant le tournoi ? Je crois que Scotty Nguyen aurait pu être sponsorisé par une marque de bière s'il avait gagné.

Chris Moneymaker: Mince, j'aurais eu un sacré paquet de bières ! J'ai porté des lunettes de soleil Oakley durant tout le temps où j'ai joué. J'aurais aimé en avoir de gratuite, car elles sont vraiment trop chères.

Card Player Magazine: Chris, je sais que je t'appelle au boulot, donc je te laisse y retourner. Garde la tête froide et profite de cet extraordinaire accomplissement.

Chris Moneymaker: Merci. Je n'arrive toujours pas à réaliser à quel point ça l'est.

© Tous droits réservés, Card Player Magazine